The cloud-flags are not patriotic symbols, but raise questions about communities, national identity, cross-border flow and fraternity. Human realities and shared memory are at the heart of the artistic project.

Clouds, through their lightness and their movement, symbolize freedom. Clouds fascinate us as they are fleeting, intangible, almost immaterial. They deny the concrete and mundane. The image of clouds always takes us elsewhere, further away, beyond human borders, beyond that which forms the foundations of society (family, economy, religion, patriotism) in the same way as the outsider who is questioned in Charles Baudelaire’s poem. The outsider is a travelling man, with no ties. Asked about what he loves best, he rejects family, friends, homeland, beauty and wealth before concluding: “I love clouds….. clouds which pass … over there … the marvelous clouds!” Clouds embody freedom, they violate defined territories. Clouds act as a call towards infinity, beyond the borders established by mankind, whether they be real or symbolic borders.

dimanche 3 décembre 2017

Dyptique Sandgate (Australie) / Baggersee (Strasbourg-France) par Alexandra David

Alexandra David, Sandgate, décembre 2016

Alexandra David, Baggersee, Strasbourg, FR, septembre 2017





La dissemination des drapeaux nuage continue. Merci à Alexandra David pour sa participation au projet avec un diptyque montrant 2 lieux antipodaux. 

vendredi 30 juin 2017

Le drapeau-nuage photographié par Flo Charlotte Osolin,
au Wartec, Basel
Le Wartec publie une carte postale du drapeau-nuage photographié par  Flo Charlotte Osolin, lors de l'évènement "Border Crossing" pendant la Régionale. Commissariat Martina Siegenwolf.

samedi 22 avril 2017

BUT…THE CLOUDS" / HOLZPARK KLYBECK / BÂLE (CH)

A.Immelé, But...the clouds, Holzpark Klybeck, Basel, avril 2017

 

"But…the clouds" au Holzpark Klybeck de Bâle dans le cadre de la manifestation "Brücken schlagen statt Mauern bauen » initiée par la Fondation Parcours humain du 23 avril au 05 juin. 
Die schweizweite Ausstellungsreihe «Parcours Humain» stellt durch die Verbindung von Kunst und Humanität die Frage nach der Menschlichkeit im Kontext der aktuellen Flüchtlingsschutzkrise.
Dabei setzt die Ausstellung auf starke soziokulturelle Elemente: Durch künstlerische Aktionen, Workshops mit Schulen und Asylorganisationen sowie durch Zusammenarbeit mit Hilfsorganisationen und zuständigen Ämtern entsteht über drei Parcoursstationen ein Dialograum, der zur vertieften Auseinandersetzung und Begegnung einlädt. Basel steht historisch für Humanismus als Streben nach Menschlichkeit und stellt sich als Grenzort seit Jahrhunderten der Herausforderung: Brücken oder Mauern ? Mit Werken der Kunst für Menschlichkeit soll diese Herausforderung sichtbar und fühlbar gemacht
werden. Die inhaltlich miteinander verbundenen Parcoursstationen befinden sich im Dreispitz (Salon Mondial), Klybeck (Holzpark) und Weil am Rhein (Stapfelhus). Veranstalter des Ausstellungsprojektes «Parcours Humain Basel Dreiländereck» ist der gemeinnützige Kunstverein Weg der Menschlichkeit. Kunstpartner sind Atelier Mondial Basel und Kunstverein Weil am Rhein.
Mitwirkende: Christoph Merian Stiftung, Caritas, SolidarMed, Schweizerische Flüchtligshilfe
Kuratoren
Marco Stoffel, Anwalt und Kurator
Ausstellungskurator & Projektleiter
Katrin Sperry, Kunsthistorikerin
Co-Kuratorin Holzpark Klybeck
Patrick Lützelschwab, Kunstschaffender
Co-Kurator Stapflehus

lundi 2 janvier 2017

BORDER CROSSING

Anne Immelé, But..the clouds, Warteck, Bâle, Regionale
Le drapeau-nuage flotte au dessus du Werkraum Warteck, dans le cadre de la Regionale 17. Merci à Martina Siegwolf.

R17/ BORDER—CROSSING BORDER - CROSSING

Grenzen überschreiten, zwischen Ländern, Medien, Generationen und Institutionen ist das Thema, der diesjährigen Regionale in der FABRIKculture in Hégenheim.

jeudi 1 décembre 2016

Le drapeau-nuage flotte au bord du Rhin

Anne Immelé, Drapeau-nuage au bord du Rhin, Bâle
Dans le cadre de l'exposition "Border-Crossing" (curator Martina Siegwolf et Andreas Frick) à la FABRIKculture d'Hegenheim, 7 drapeaux-nuages invitent à un parcours transfrontalier. / 

Die Künstlerin Anne Immelé verbindet mit ihrem Fahnenprojekt But….the Cloud Frankreich, Deutschland und die Schweiz über den Luftraum. An verschiedenen Orten der Region sind Fahnen platziert auf denen Wolken und Himmel zu sehen sind. Fahnen markieren Orte und stehen als Flaggen für Nationalstaaten, territoriale Grenzen und kollektive Zugehörigkeit und Identitäten. Eine dieser Fahnen wird auf dem Turm vom Gymnasium Leonhard bis Ende Januar zu sehen sein.

Standorte der Fahnen von Anne Immelé :
CH:   Werkraum Warteck pp, Burgweg 7-15, Basel
Gymnasium Leonhard, Kohlenberg 17 (beim Barfüsserplatz), Basel
St. Johanns-Vorstadt 38 (bei der Johanniterbrücke), Basel
D: Kesselhaus, Am Kesselhaus 13, Weil-am-Rhein
F:  FABRIKculture, 60 rue de Bâle, Hégenheim
Marie, rue principale, Hombourg
Motoco, Bât75, site DMC, 13 Rue de Pfastatt, Mulhouse

samedi 26 novembre 2016

BORDER-CROSSING

© Anne Immelé, But...the clouds
Demain 11h vernissage de l'exposition "Border-Crossing" (commissaire Martina Siegwolf et Andreas Frick)à la FabricKulture d'Hégenheim. J'y présente une première cartographie mondiale avec des photographies de drapeaux-nuages photographiés un peu partout dans le monde, grâce à mes amis, à mes étudiants, à ma famille, qui tous ont voyagé, ou pris une photographie chez eux, ou encore partagé le drapeau, participants à cette oeuvre collaborative. /

BORDER–CROSSING 
So  27. 11.  So 15. 1. 2017
Sa & So 11.00-18.00 h

Zum Thema Grenzen überschreiten – zwischen Ländern, Medien, Generationen, Positionen und zwischen Institutionen – sind Künstler und Künstlerinnen aus Frankreich, Deutschland und der Schweiz eingeladen, die inhaltlich und medial in Grenzbereichen arbeiten. 
Künstler und Künstlerinnen:  Eva Borner, Daniel Brefin, Copa & Sordes, Mariejon de Jong-Buijs, Hans-Rudolf Fitze, Pia Gisler & Mohomodou Houssouba, Martina Gmür, Sabine Hagmann, Anne Immelé, Parvez Imam, Anas Kahal, Anita Kuratle, Jisook Min, stoeckerselig, Fred Walter Uhlig, Daniel von Rüdiger und Dadi Wirz.
Konzeptioneller Bestandteil des Ausstellungs- und Vermittlungsprojektes ist, Studierende des Instituts Lehrberufe für Gestaltung und Kunst der HGK/ FNHW zusammen mit Schülern Klasse 5e des Leonhard Gymnasiums, Basel am Projekt zu beteiligen. Während drei Monaten werden die Schüler und Schülerinnen mit den Studierenden und den Kunstschaffenden im Austausch stehen, um ihre eigene Sichtweise zu entwickeln und an der Finissage im Januar zu präsentieren.
Dies bedeutet Grenzüberschreitung in verschiedenster Hinsicht und auf unterschiedlichen Ebenen – auch diejenige des Kunstbetriebes und der Bildungsinstitutionen.

mercredi 16 novembre 2016

BORDER CROSSING / REGIONALE 7

© Anne Immelé, Wolken-Fahnen, Gymnasium Leonard, Basel, nov. 2016
FR Pour l’exposition « Border Crossing », (curator : Andreas Frick und Martina Siegwolf) Anne Immelé continue la dissémination des drapeaux-nuages. 7 drapeaux-nuages sont installés dans l'espace des trois frontières (France-Allemagne, Suisse), ils invitent à un parcours transfrontalier : à Bâle ( Werkraum Warteck Burgweg 7-15 ; Gymnasium Leonhard, Kohlenberg 17 (beim Barfüsserplatz)St. Johanns-Vorstadt 38 (bei der Johanniterbrücke, à Weil-am-Rhein (Kesselhaus, Am Kesselhaus 13), à Hégenheim (FABRIKculture, 60 rue de Bâle), à Hombourg (devant la mairie, rue principale), à Mulhouse (Motoco, Bât75, site DMC, 13 Rue de Pfastatt). Le drapeau-nuage est un drapeau mondial, en écho à l’importance du transfrontalier, du flux et de l’échange entre tous les peuples. Ce drapeau questionne le rapport entre l’universel et le particulier, entre le local et le global. Le drapeau-nuage est aussi un appel poétique. L’image des nuages nous emmène toujours ailleurs, plus loin, par-delà les frontières des hommes. Les nuages incarnent la liberté, ils transgressent les territoires définis. Les nuages agissent comme appel vers l’infini, par-delà les frontières érigées par les hommes, qu’il s’agisse de frontières réelles ou symboliques.
DE Projekt “Regionale 17: Border – Crossing”:
 Grenzen überschreiten, zwischen Ländern, Medien, Generationen und Institutionen ist das Thema der diesjährigen Regionale in der FABRIKculture in Hégenheim, kuratiert von Andreas Frick und Martina Siegwolf. Die Künstlerin Anne Immelé aus Mulhouse verbindet mit ihrem Fahnenprojekt "But….the Cloud" 2016 Frankreich, Deutschland und die Schweiz über den Luftraum. An verschiedenen Orten der Region sind Fahnen platziert auf denen Wolken und Himmel zu sehen sind. Fahnen markieren Orte und stehen als Flaggen für Nationalstaaten, territoriale Grenzen und kollektive Zugehörigkeit und Identitäten. Eine dieser Fahnen wird in Basel auf dem Malzsilo des Werkraum Warteck pp, eine am Gymnasium Leonhard am Barfüsserplatz und eine im St. Johann bis Mitte/Ende Januar zu sehen sein.

lundi 26 septembre 2016

HOKKAIDO

But...the clouds, photo d'Alex Chan, Monbetsu,  Hokkaido, Japon, 2016
Le projet "But...the clouds" se poursuit. Anne Immelé participera à l'exposition "Border Crossing" à la FabrikCulture d'Hégenheim durant la Régionale avec des drapeaux installés dans la région des 3 frontières, à Bâle, Hégenheim ainsi qu'en Allemagne. La dissémination à l'échelle mondiale se poursuit, avec Alex Chan à Hokkaido (Japon),  Laura Martin à Bangalore (Indes), Marc Thébault à Taïwan et Bangalore, Robert Cahen sur l'île de Tinos (Grèce) et en Ouzbékistan et Caroline Amadéï à Mexico... Merci à eux.



mercredi 17 juin 2015

Macau

Photo : Robert Cahen, 2015


Le projet "But...the clouds" se poursuit. Il flotte simultanément à Macau (merci à Robert Cahen) à la galerie espace pour l'art d'Arles (merci à Laetitia Talbot), chez Local-créative à Brooklyn, et bien d'autres lieux...dans les villes de Mexico, Santiago du Chili, New-York, Baton-Rouge, Escuminac, Chengdu, Tokyo, Kyoto, Le Caire, Alger, Plymouth, Berlin, Alcalà de Henares, Salerne, Arles, Marseille, Paris, Mulhouse. // Depuis l’automne 2014, Anne Immelé, photographe, fait fabriquer des petits drapeaux, sur lesquels sont imprimés des images de nuages, qu’elle dissémine à l’échelle mondiale. Ces drapeaux-nuage ne véhiculent pas l’idée de Patrie, mais celle d’Humanité, en écho à l’importance des flux et des échanges entre tous les peuples, il questionne le rapport entre l’universel et le particulier, entre le local et le global. Chaque participant installe le drapeau dans un espace visible et envoie une photographie en échange du drapeau reçu. Le projet sera rendu public l'an prochain. Merci à Míriam Ruisseau, à Judith Abitbol, à Mei Yang, pour leur photos du drapeaux, qui seront montrées lors d'une future édition et d'un dispositif d'exposition. La participation reste ouverte à tous.

mercredi 20 mai 2015

Drapeau-nuage à Espace pour l'art

© Anne Immelé, But...the clouds / Que...nuages

Un drapeau-nuage est présenté à la galerie arlésienne Espace pour l'art 

Depuis l’automne 2014, Anne Immelé, fait fabriquer des petits drapeaux, sur lesquels sont imprimés des images de nuages, qu’elle dissémine à l’échelle mondiale. Chaque participant installe le drapeau dans un espace visible et envoie une photographie en échange du drapeau reçu.
Pour l’instant l’édition comporte 200 drapeaux. Ces petits drapeaux-nuages sont disséminés dans le monde entier et sont visibles, accrochés au façade ou installés dans un espace public : A Mexico, Santiago du Chili, New-York, Baton-Rouge, Escuminac, Chengdu, Tokyo, Kyoto, Le Caire, Alger, Plymouth, Berlin, Alcalà de Henares, Salerne, Arles, Marseille, Paris, Mulhouse, d’autres sont en partance vers l’Ouzbékistan, La Nouvelle Zélande, L’Argentine, la Pologne, le Kosovo. 


Galerie "Espace pour l'art"
5 rue Réattu
13200 Arles
Directrice - Laetitia Talbot
04 90 97 23 95

mercredi 17 septembre 2014

Dissémination 2014

Geneviève, quartier des Coteaux, Mulhouse
The cloud-flag dissemination is continuing. A limited edition from 200 little cloud-flags has been send around the world. If you want to take part to the project and have more informations, pleasecontact us : agrandisseur(at)gmail.com
La dissémination des drapeaux-nuages continue. Grâce à Mulhouse Art Contemporain, une édition limitée de 200 drapeaux-à-main a été produite. Vous voulez participer au projet et obtenir plus d'informations : envoyez un mail à agrandisseur(at)gmail.com

lundi 1 octobre 2012

BUT...THE CLOUDS, 49 NORD 6 EST - FRAC LORRAINE - METZ


Anne Immelé, But…the clouds (2009— ) 
Drapeau 102 cm x 150 cm, 
impression sur maille drapeau 110gr ©DR

La dissémination des drapeaux-nuages continue, nouvelle étape au FRAC Lorraine.


En tant que symbole de la Nation, le drapeau rassure, car il affirme la continuité malgré les évolutions économiques et sociales. Pour le projet But…the clouds, Anne Immelé a associé le nuage au drapeau. Ce drapeau-nuage n’incarne plus une attache nationale rassurante, mais donne à voir la mouvance même, il ne véhicule pas l’idée de Patrie, mais celle d’Humanité, en écho à l’importance du transfrontalier, du flux et de l’échange entre tous les peuples. Ce drapeau questionne le rapport entre l’universel et le particulier, entre le local et le global.
Le drapeau-nuage est aussi un appel poétique. L’image des nuages nous emmène toujours ailleurs, plus loin, par-delà les frontières des hommes, par-delà ce qui fonde la société même (famille, économie, religion, patriotisme) à l’instar de cet étranger que l’on interroge dans le poème de Charles Baudelaire. L’étranger est un homme de passage, il est sans attaches. Interrogé sur ce qu’il aime le mieux, il récuse la famille, les amis, la patrie, la beauté et la richesse, avant de conclure : « J’aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… les merveilleux nuages ! ». Les nuages incarnent la liberté, ils transgressent les territoires définis. Les nuages agissent comme appel vers l’infini, par-delà les frontières érigées par les hommes, qu’il s’agisse de frontières réelles ou symboliques.

Ce drapeau fait partie d’un projet de dissémination de drapeaux-nuages.

À DÉCOUVRIR

21 SEP 2012 - 17 FEV 2013
49 NORD 6 EST - FRAC LORRAINE - METZ (57)

vendredi 21 septembre 2012

“Marches urbaines ou la ville par corps“, conférence de David Le Breton à l'occasion de la sortie des "TWIN CITIES"

Anne Immelé, Twin Cities, Kunsthalle édition, Mulhouse, 2012



A l’occasion de la publication de "Twin cities", Anne Immelé et David Le Breton présenteront leurs approches de la relation de l’homme à la ville.

Twin Cities d’Anne Immelé, aux Éditions La Kunsthalle
Twin Cities (édition en 4 volumes) pose des questions liées aux communautés, aux identités nationales, aux flux transfrontaliers et à la fraternité. Elle propose de réinvestir la notion de jumelage entre des villes, de donner du sens à des relations parfois trop protocolaires et principalement basées sur des considérations économiques. Il s’agit de la première édition de la LaKunsthalle Mulhouse, centre d’art contemporain.
Pour le projet BUT…THE CLOUDS, Anne Immelé a séjourné dans quatre villes jumelles, en France, Allemagne et Roumanie. Conjointement au projet de photographier des nuages pour l’installation de drapeaux-nuages dans chaque ville, elle a réalisé des photos au fil de ses déplacements et rencontres urbaines. Les thèmes abordés par les photos sont inspirés par les significations des drapeaux-nuages. Sans être illustratives, les images témoignent de ce qui constitue les conditions de vie, de travail, de relation au pouvoir et à l’industrie, au passé et au futur. Des échos et des correspondances se tissent entre les quatre villes. Mulhouse, Timisoara ont en commun d’être des villes frontalières et multi-ethniques, dont l’histoire est liée à l’essor industriel. Timisoara et Chemnitz (ex-Karl-Marx-Stadt) appartenaient à l’ancien bloc communiste, la géographies des deux villes en ont gardé de nombreuses traces, et ainsi de suite. Chaque livre est consacré à une ville, les livres forment un tout, réunis dans un coffret. Dans chaque livre, les photographies sont accompagnées d'une introduction de Sandrine Wymann - directrice de la Kunsthalle, d'un carnet de voyage d'Anne Immelé, ainsi que de textes commandés à des universitaires. Ces textes permettent de mettre en perspective les images. Ils participent d’une volonté de présenter un travail artistique comme jalon d’une réflexion politique, autant que poétique. 

Marches urbaines ou la ville par corps“, conférence de David Le Breton
La relation de l’homme qui marche à sa cité, à ses rues, à ses quartiers, qu’il les connaisse déjà ou les découvre au fil de ses pas, est d’abord une relation affective et une expérience corporelle. Un fond sonore et visuel accompagne sa déambulation, sa peau enregistre les fluctuations de la température et réagit au contact des objets ou de l’espace. Il traverse des nappes d’odeurs pénibles ou heureuses. Cette trame sensorielle donne au cheminement au fil des rues une tonalité plaisante ou désagréable selon les circonstances. L’expérience de la marche urbaine sollicite le corps en son entier, elle est une mise en jeu constante du sens et des sens.


Jeudi 27 septembre à 18h00
La Kunsthalle Mulhouse, centre d’art contemporain

 


mardi 21 août 2012

N°100

© Anne Immelé,drapeau-nuage au n°100 des Jardins du Riesthal, Mulhouse
A partir d'aujourd'hui, un drapeau-nuage est installé au n°100 des jardins du Riesthal (Mulhouse). Le lieu choisi est significatif, puisque les jardins familiaux sont des espaces d'échanges, de partages et de résistances à certains modes de consommations de nos sociétés post-industrielles.